Homéopathie : les mutuelles vont-elles continuer de la rembourser ?

C’est officiel, l’homéopathie ne sera désormais plus prise en charge par la Sécurité Sociale. Jugés d’efficacité insuffisante par la Haute Autorité de Santé, les traitements homéopathiques sont pourtant utilisés par un Français sur dix. Les mutuelles santé vont-elles quant à elles continuer de les rembourser ?

Un déremboursement progressif de l’homéopathie

La Ministre de la Santé Agnès Buzyn a décidé de mettre en place un déremboursement progressif de l’homéopathie par la Sécurité Sociale. A compter du 1er janvier 2020, les traitements homéopathiques qui étaient jusque là remboursés à hauteur de 30% ne le seront plus qu’à 15 puis au 1er janvier 2021, ils ne le seront plus du tout ! Mais qui va devoir alors supporter le coût de l’homéopathie ? Les patients concernés vont-ils devoir régler seuls la facture ou peut-on espérer un remboursement total ou partiel de la part des mutuelles ? Cette transition de déremboursement devrait en tous cas permettre aux complémentaires santé de s’adapter et de pouvoir ainsi proposer des solutions à leurs assurés.

Les mutuelles et le remboursement de l’homéopathie

Aujourd’hui, en cas de prescription d’homéopathie par votre médecin, vous ne payez rien ou presque car elle est prise en charge par la Sécurité Sociale et que votre mutuelle prend en charge le tiers-payant. La mise en place du remboursement de l’homéopathie à 15% en 2020 ne changera même rien pour certains adhérents ayant opté pour des contrats avec une prise en charge de la pharmacie à 15%. C’est à partir de 2021 que l’on devrait observer quelques changements. Les mutuelles intégreront alors sûrement l’homéopathie dans un forfait « médecines douces » ou « bien-être », comme c’est déjà le cas pour l’ostéopathie ou encore l’acupuncture. Les complémentaires santé proposeront donc probablement des garanties en option dans leurs contrats sur ce poste de dépenses, ce qui entraînera inévitablement un surcoût pour l’assuré. Ce type de panier forfaitaire spécial « médecines alternatives » est aujourd’hui d’ailleurs déjà présent dans de nombreux contrats d’assurance santé. Si vous êtes un habitué des traitements homéopathiques, il vous faudra alors comparer les contrats de mutuelle pour connaître les garanties que chaque organisme propose pour ce type de dépenses.